Étude de cas


• Un groupement de sociétés régionales, dans le secteur de la distribution du pneu, décide de créer un programme de fidélité pour leur nouvelle enseigne fédérée.

• Dans un premier temps, le groupement s’adresse à une société de crédit qui lui offre le programme de fidélité embarqué dans les solutions de crédit. Cette formule, aujourd’hui interdite (loi Lagarde), avait deux inconvénients majeurs.
L’obligation de souscrire à une carte de crédit et donc à une évaluation de votre crédit, ce qui nécessite un formulaire très long et complet
Les clients professionnels, première cible du donneur d’ordre, ne veulent pas de revolving.

• La société de crédit s’est donc tournée vers nous pour découpler le système de la carte de crédit avec une problématique bien particulière.
Il fallait pouvoir traiter les cartes existantes et émettre de nouvelles cartes uniquement fidélité.
Il fallait pouvoir traiter en magasin sur le même portail, et de manière transparente des opérations crédit et fidélité ou fidélité seule, en sachant que s’il y avait crédit les règles d’obtention de points étaient améliorées.
Il y avait donc l’obligation de fonctionner avec le système de crédit ultra sécurisé qui existait.

• Le découplage optionnel a été un succès, à tel point que très vite, la société de crédit n’émettant plus de cartes a suggéré que la chaine de pneus passe directement avec Promostim et a supprimé la carte de crédit revolving. Cliquez-ici...